Le temps des ténèbres*[1] : Quand la « tolérance zéro » devient de l’intolérance

Par Germano VERA CRUZ

Préambule

« Le temps des ténèbres », le titre de cet essai, est volontairement exagéré. Il vise à tracer un contraste, dramatique, entre le moment que nous vivons et l’époque dite des Lumières (18ème siècle français).

Je suis né dans une contrée bien loin d’ici, un pays qui, à l’heure de ma naissance, tout en venant de gagner son indépendance, sombrait dans une dictature communiste. Mon paternel était un de ces « assimilés » dont l’esprit « brillant » et le « savoir » occidental cyclopéen, accumulé à coup d’efforts titanesques, faisaient la « fierté civilisatrice » du colonisateur. Ses voisins, à l’époque de mon enfance, lui avait donné un sobriquet à double tranchant (aussi péjoratif que flatteur) : Tsungo Rulane, ce qui traduit en français veut dire « un Blanc à la peau noire » !

Deux moments cruciaux de la « culture » humaine ont exercé sur cet homme « occidentalisé » une fascination particulière : la civilisation hellénique et romaine, d’une part ; la France des Lumières, d’autre part. Dans la vaste bibliothèque personnelle qu’il entretenait comme un funéral, les deux époques citées se trouvaient mises en avant à l’aide de signalétique digne d’un sanctuaire. Dans la partie de la bibliothèque consacrée aux auteurs du siècle des Lumières, on y trouvait notamment en fanfare la collection quasi-complète de l’Encyclopédie rédigée par Diderot et d’Alembert. Les œuvres de Voltaire, Rousseau, Montesquieu, et de bien d’autres auteurs, y compris John Locke (qui sans appartenir à ce siècle l’a beaucoup influencé), étaient ostensiblement rangées.

L’indépendance et le basculement de mon pays d’enfance dans l’idéologie communiste furent un choc brutal auquel mon père n’a jamais su ou pu s’adapter. A ce moment-là, au réel et au symbolique, sa bibliothèque était une sorte d’EXIL doré !

« Je suis né dans les livres », écrit Sartre dans Les Mots2. « Je vais sans doute y mourir », ajoute-t-il. Je ne suis pas digne d’un si « grand homme ». Mais Sartre, le philosophe de la liberté3, le penseur engagé, c’est mon « penseur » préféré ; et, quand je pense à mon enfance dans la vaste bibliothèque paternelle, j’aime dire, pour plaisanter ou pour donner un air dramatique à ma pauvre vie, « je suis né dans les livres ! ».

Toujours est-il que, sous l’influence du Blanc à la peau noire, j’ai passé une bonne partie de mon adolescence à lire les auteurs de la Grèce et de la Rome antique ; et l’autre partie à lire les penseurs de la France des Lumières. Que cela m’a conduit, et même aujourd’hui encore, à idéaliser ces époques-là, il n’y pas de doute et j’en suis conscient. Mais, peu importe…

« Pourquoi toute cette digression ? », questionnerez-vous.

Eh bien parce que, dans les pages suivantes, je vais discuter avec vous sur le moment que nous traversons dans nos sociétés, un moment que par rigolade et par hyperbole j’appelle « le temps des ténèbres ». A travers ce préambule, je voulais que vous compreniez d’où me viennent les idées qui me tiennent trop à cœur et que je discuterai au cours de cet essai : mes idées sur la LIBERTE humaine, mes idées sur l’indispensable nécessité, pour maintenir un être humain en bonne santé mentale, d’une socialisation authentique : Pour jouir d’une bonne santé mentale, ou une santé tout court, un être humain doit être un « Être humain » !

C’est tout juste ce que je souhaite démontrer, par un argumentaire, dans la suite de ce texte.

1.La lutte pour la « justice » dans les temps actuels : la nouvelle stratégie basée sur la victimisation, la demande de réparation et la « culture du bannissement »

1.1.Une lutte nécessaire et inhérente à la vie humaine

Les luttes pour l’émancipation, pour la justice, pour l’égalité de traitement, pour l’égalité de droits et pour l’égalité d’opportunité, sont non seulement nécessaires, utiles, salutaires ; elles sont, selon les « démonstrations » faites par les fameux philosophes de l’Histoire (Hegel, Marx, Heidegger, Sartre, Honneth, etc.)4 inhérentes à la vie humaine et à la vie en société. Ces luttes, pour reprendre un vocabulaire philosophique, sont des luttes pour la reconnaissance ; elles définissent et incarnent l’Histoire des êtres humains et des relations entre les groupes sociaux.

…. Pour lire la suite, télécharger l’intégralité de l’essai ICI


[1]* J’appelle aux lecteurs de cet essai de ne pas l’utiliser pour défendre des idées qui ne sont pas les miennes. Je suis du côté des « victimes » ; depuis mon très jeune âge, je me suis engagé du côté des « victimes ». Je suis « une victime », moi-même ; et, chaque jour, j’entends les cris stridents de douleur émanant de mes défunts ancêtres brutalisés, jadis, dans les champs de cannes à sucre, de tabac, de coton, en Afrique et aux Amériques. Aujourd’hui encore, là où je vis, assez souvent, je fais face aux discriminations, souvent indirectes et sournoises. Qu’il soit clair donc que les « idées » extrémistes s’inscrivant contre les demandes de justice, de plus d’équité, contre la fin des discriminations et des violences faites aux femmes, aux minorités ethniques ou aux minorités sexuelles, contre les personnes souffrant d’un handicap, non seulement je ne les partage pas, je le dénonce vivement. La raison d’être de ce texte est de faire une réflexion critique, qui se veut constructive, sur certaines conséquences (que je considère négatives) de la « nouvelle » stratégie de lutte contre les violences et les injustices basée sur la victimisation. Lesdites conséquences, que je qualifie d’effets secondaires problématiques, sont le développement de la censure et surtout de l’auto-censure, le développement d’hypersensibilité à l’origine de certains biais de perception ; et, enfin, le développement de l’intolérance à l’égard de la nuance, de la critique, de l’humour, de la divergence. C’est un essai de réflexion qui prétend faire réfléchir. Etant un pratiquant du principe de probité intellectuelle appelée « active open-mind »1, j’admets que mes positions peuvent être erronées, que mes arguments puissent être biaisés ou superficiels, ou encore être le fruit d’une certaine ignorance. Je n’hésite pas à changer d’avis face à des contre-arguments convaincants. Après tout, je suis un être humain qui peut se tromper et dont le jugement n’est nullement à l’abri de préjugés et de biais de toute sorte. Après tout, et à tout prendre, dans ce texte, je ne fais que réclamer qu’on laisse à l’Être humain, au moins, le « droit d’être un Être humain » ! Ceux qui ne seront pas d’accord avec mes arguments, ceux qui seront « choqués » par mes propos, j’attends d’eux qu’au lieu de m’insulter, de me calomnier, d’exiger la censure contre mes dires ou de requérir mon bannissement, j’attends d’eux qu’ils prennent la plume, comme je viens de le faire, et qu’ils contre-argumentent point par point. Ils montreront, en le faisant, qu’ils se soucient, aussi, de la LIBERTE humaine ! Ils témoigneront, ainsi, qu’ils ont dans leur cœur non seulement l’amour de la « justice pour eux-mêmes » ou « la justice à la tête du client », mais qu’ils aiment par-dessus tout la « JUSTICE comme principe » qui doit bénéficier à tous et à toutes.

Projet mondial sur les facteurs de risque de workaholisme (surmenage compulsif)

Par Germano VERA CRUZ

Le workaholisme (surmenage compulsif) au travail est un problème de santé de plus en plus diagnostiqué dans le monde.

Les établissements de santé et les gouvernements reconnaissent de plus en plus la nécessité d’élaborer des lignes directrices fondées sur des données probantes sur le bien-être mental en milieu de travail. De telles lignes directrices ne peuvent être efficaces sans inclure des actions spécifiques visant à prévenir et à réduire le phénomène de workaholisme et ses conséquences qui imprègnent le marché du travail sous tous ses aspects. Aussi, le nombre de travailleurs indépendants de plus en plus nombreux ne devraient pas être laissés sans un soutien systématique et systémique pour leur bien-être, leur santé et leur productivité.

Ainsi, pour bien comprendre ce phénomène et élaborer des projets de prévention, un projet de recherche mondial sur les facteurs de risque de la dépendance au travail et des problèmes de santé connexes est en cours.

Actuellement, le projet implique 60 pays (incluant la France) sur six continents et intègre les efforts de plus de 70 chercheurs, y compris des experts de renommée mondiale sur la dépendance au travail, le workaholisme et les dépendances comportementales.

Je suis particulièrement fier de faire partie de ce projet et d’avoir la responsabilité du recueil de données sur un de mes pays d’origine, le Mozambique. J’ai traduit tous les questionnaires de l’Anglais vers le Portugais (langue officielle au Mozambique) ; j’ai travaillé à l’obtention de l’accord éthique auprès des autorités compétentes et, bientôt, je lancerai le recueil de données dans ce pays de l’Afrique australe.

Pour plus d’information sur le projet visitez cliquez ICI

Pour plus d’information sur les chercheurs associés aux projets cliquez ICI

Livre qui vient de paraître (septembre 2022) : Réussir son mémoire de Master en Psychologie

Par Germano VERA CRUZ

Notre ouvrage collectif (15 enseignants-chercheurs) sur la conception et la rédaction d’un mémoire de Master vient de paraître chez le fameux éditeur de livre universitaire en langue française DEBOECK.

Le livre est sous la direction de Robert Courtois, professeur de psychopathologie et de psychologie clinique à l’Université de Tours et psychiatre au CHU de Tours.

Cet ouvrage explique en quoi consiste le mémoire de Master non seulement dans le système universitaire français, mais également en Belgique, en Suisse et au Canada. Il communique des informations et des conseils pratiques pour la conception et la rédaction du mémoire. Par ailleurs, les enseignants-chercheurs co-auteurs proviennent de quatre pays différents (France, Belgique, Suisse, Canada).

Ma contribution à cet ouvrage a été sur la thématique de la « science ouverte » (open science) et sur les nouvelles méthodes d’analyse de données basées sur l’intelligence artificielle (IA).

Une recherche sur le pardon chez les enfants (4-12 ans)

Germano Vera Cruz, Noémie Tronche et Charlotte Lecocq

Je pardonne si…

Une recherche sur le parton chez les enfants (4-12 ans) est en cours dans la région Hauts de France et dans la région Nouvelle Aquitaine. Cette recherche est menée par le Prof. Germano VERA CRUZ (laboratoire UR 7273 CRP-CPO, Université de Picardie Jules Verne). Deux étudiantes en Licence 2 de psychologie actuellement en stage au CRP-CPO, respectivement Noémie Tronche et Charlotte Lecocq, aident le Prof. Vera Cruz dans le processus de recueil d’une partie de données nécessaires à l’étude.

Continuer la lecture de Une recherche sur le pardon chez les enfants (4-12 ans)

EDITORIAL

10 Milliards de poussières

Thématiques de ce blog scientifique
Dans la perspective de développer une science ouverte à la population académique et à la population en générale (tous publics intéressés), les thématiques éditoriales de ce blog scientifique seront :

(1) Communication sur les projets de recherche nationaux et internationaux dans lesquels le Prof. Germano VERA CRUZ participe.

(2) Divulgation/vulgarisation auprès de la population académique de l’Université de Picardie Jules Verne (UPJV) et du publique en générale des résultats des recherches menées par le le Prof. Germano VERA CRUZ, ses collaborateurs et ses étudiants.

(3) Communication/divulgation des contenus des séminaires sur les méthodes de recueil, traitement, analyse et valorisation de données réalisées par le Prof. Germano VERA CRUZ, ses collègues et ses étudiants, dans une perspective de science ouverte et reproductible.

Continuer la lecture de EDITORIAL
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search